LES FAMILLES

Derrière chaque prisonnier se cachent une famille et des amis. Pour libérer les souffrances de ces proches, et pallier parfois l'absence de parloir, de courrier ou de téléphone, des stations de radio locales leur proposent d'intervenir à l'antenne et d'envoyer des messages aux détenus. Exemple à Caen. 

Radio parloir 

Tous les dimanches à Caen, de 12h à 13h, les bénévoles de l'émission Le téléphone du dimanche ouvrent le micro aux proches de détenus. Les ondes de RCF Calvados-Manche se transforment en parloir téléphonique, pour petits et grands. (Diapo sonore 6'50)

L'effort et le réconfort

C'est devenu une "obsession" : chaque dimanche, Laetitia appelle Le téléphone du dimanche pour soutenir le moral de son compagnon emprisonné. Elle essaye encore et encore d'avoir le standard, avant de délivrer son message, le même toutes les semaines. (Diapo sonore 5'50)

A la radio, une parole libérée 

​Depuis que son père et sa mère sont incarcérés, Christelle s'adresse à eux via les ondes de la radio, découvrant un nouveau type de parole. Cette mère de famille a aussi une pensée pour les autres prisonniers, "qui partagent un bout de chemin" avec ses parents. (Diapo sonore 3'30)

Messages de douceur dans un monde brut  

Durant les 18 mois de détention de son frère, Giuseppa n'a eu que la radio pour faire entendre sa voix. Un "exutoire" pour elle, une bouée de sauvetage pour lui, et chaque semaine la garantie de messages lyriques pour tous les auditeurs. (Audio 2'25)