Nos prisons sont opaques. On les fantasme plus qu'on ne les connaît. On ne tend guère l'oreille aux sons qui s'y trouvent. Or, les ondes sont libres. Elles traversent les murs des prisons, y apportent des nouvelles de l’extérieur. Le poste de radio est une invitation à l’évasion, la bande FM un espace de liberté. Certains détenus en profitent pour garder le contact avec leurs proches, restés dehors. Des histoires d’amour naissent sur les ondes. Et puis il y a des émissions qui rythment les journées et les nuits en cellule. Il y a des radios animées par des prisonniers. Il y a des reporters qui promènent leur micro en détention.

Raconter la prison par le prisme de la radio est un défi. L’angle est original, voire déconcertant. Avec le risque de ne pas évoquer l’essentiel, d’oublier les “vraies” problématiques carcérales, j’ai choisi d’en faire mon projet de fin d’études à l’école de journalisme de Sciences Po. D’aller à la rencontre d’anciens prisonniers, de surveillants, de familles, de bénévoles, de journalistes. Et plutôt que de parler de surpopulation ou de suicides, j'ai voulu capter ces ondes carcérales.

Ondes-carcerales.fr est mon premier web-documentaire. Ou du moins une première expérimentation dans ce sens, tant dans la forme que le fond (j'ai dû faire avec un refus de reportage en détention de la part de l'administration pénitentiaire). Merci chaleureusement à tous ceux qui m'ont accordé de leur temps durant ce travail. Et merci à vous pour cette visite, que je vous souhaite stimulante et instructive. Bienvenue en "prisondes"...

Yann Thompson

Pour m'écrire : yann@ondes-carcerales.fr



Photo d'arrière plan : montage YT à partir d'images CC/Flickr/Alan Klim et CC/Flickr/Vectorportal.







A PROPOS